25/05/2009

Un coussin de mariage particulier.

Poupées Mariage Terminées avec Guy - 07042009 (02)

Poupées Mariage Terminées - 07042009 (08)

Poupées Mariage Terminées avec Mémé - 07042009 (01)

 

Poupées de mariage.

Difficulté : *****

Il fut un temps où une de mes filles voulait se marier. Mon épouse et moi-même avons saisi cette merveilleuse occasion pour réaliser une chose exceptionnelle à leur intention et dans le cadre de la réalisation du fameux et traditionnel coussin de mariage qui sert à présenter les alliances aux jeunes époux.

Comme à mon habitude, et pour ne jamais faire comme tout le monde, je me suis mis en quête d'une idée originale. Nous en avons très longuement discuté, mon épouse et moi-même et quand l'inspiration s'est faite en moi, j'ai conçu et réalisé cette petite merveille (en toute modestie) que je présente ici.

Pour réaliser une telle pièce, pas loin d'un millier d'heures de travail ont été nécessaires à sa réalisation car il n'y a pas que la dentelle qui a été créée de toute pièce par nous deux. J'ai également mis à contribution mes talents de sculpteur pour produire les deux poupées que nous avons habillées par la suite.

Sculpter les poupées, trouver un forme originale pour les têtes et créer les mains, le tout, dans un ensemble jeune, élégant et gracieux exprimant toute la poésie d'un couple de jeunes mariés tout à leur bonheur. Telle fut la gageure : innovation, originalité, expressivité, le tout enveloppé dans le doux cocon soyeux d'une dentelle fine et originale.

La création de la sculpture de base, celle des deux poupées m'a demandé de nombreux essais avant d'arriver à la réalisation finale exécutée en papier mâché, pour les corps, et en bois sculptés pour les mains et les têtes directement inspirées des personnages manga si chers aux jeunes actuellement.

Les poupées terminées, nous nous sommes attalés au tissage des quinze différentes dentelles qui composent les costumes :

  • La robe de la mariée (en un seul tenant)
  • La veste de la mariée (en deux parties)
  • Les manches de la veste (chacune en une seule pièce)
  • La traîne (en une seule pièce)
  • La colerette (en Duchesse de Bruxelles)
  • Les deux manchettes (en Duchesse de Bruxelles)
  • Le pantalon du marié (en deux parties)
  • La veste du marié (en une seule pièce)
  • Les manches de la veste (chacune en une seule pièce)
  • L'écharpe du marié (en torchon)

Chaque pièce d'habillement a été conçue, dessinée, ajustée par mes soins; puis chaqcun de mes patrons a été tissée sur mesure avant que la pièce de dentelle terminée soit cousue sur les poupées. Les costumes sont assemblés sur les poupées à cause de l'absence de mobilité des membres et du fait que les pieds des poupées sont fixés solidement sur le socle.

Les habits ont été réalisés en différentes sortes de dentelles : du torchon, de la Duchesse de Bruxelles, et d'autres motifs empruntés à diverses techniques dentellières.

Pour réaliser ces merveilleuses pièces, nous avons utilisé des fils de "lin belge" (les fils de couleur) achetés à un marché pour les dentellières qui se déroulait dernièrement à Gembloux.Ces fils sont très difficles à travailler pour de nombreuses raisons : ils ne sont pas torsadés dans le même sens, leur toursade est irrégulière provoquant des surépaisseurs le long du fil, les fils n'ont pas la même taille d'une couleur à l'autre, leur torsade est très légère, peu serrée, provoquant un effilochage subit au moindre effort de traction un rien trop généreux.

Pour ajouter des décors à ces tissages, nous avons employé des fils à tricoter un peu particuliers composés d'éléments colorés et de matières différentes.

La colerette, les poignets de la mariée ainsi que l'écharpe du marié sont tissés en fil de coton d'Egypte blanc brillant de 170.

Mais quand on voit le résultat, le bon millier d'heures qu'a nécessité cette réalisation ne sont rien par rapport au résultat.

Il me reste encore le capot de protection à réaliser. Ce capot n'est, bien entendu pas utilisé lors du mariage - il faut bien que les mariés puissent prendre leurs alliances -et est conçu pour permettre d'admirer les poupées terminées tout en les préservant des poussières.

La hauteur toutale des pièces : environ trente-cinq centimètres et le socle fait environ vingt centimètres sur trente-cinq. Le tout pèse environ trois kilos sans le socle.

Et même si le mariage n'aura malheureusement pas lieu, nous ne regrettons absolument pas, mon épouse et moi-même, de nous être lancés corps et âme dans cette création originale et somme toute exceptionnelle.

20/08/2006

Un carreau de voyage.

 
Le Carreau de Voyage.
 

      J'ai dû mettre mes talents de bricoleur à l'épreuve pour satisfaire à la demande de mon épouse qui voulait que je lui confectionne un carreau (coussin) de voyage.

     La caisse est réalisée en contreplaqué de 4 mm d'épaisseur. Elle se compose du fond qui contiendra les éléments mobiles du carreau sur lequel on va travailler et d'un couvercle qui protègera la dentelle et les fuseaux pendant le transport.

     Le couvercle est, bien entendu, amovible pour libérer complètement tout le pourtour du carreau. J'ai appliqué de nombreuses décorations réalisées dans le même contreplaqué que j'ai découpées avec une scie à chantourner puis collées à leur place. La décoration du couvercle a été découpée dans le couvercle avec la scie à chantourner. Toute la plaque du couvercle est d'une seule pièce. Il a fallu, lors de la découpe du dessin, éviter de désolidariser un ou l'autre élément du dessin de la plaque du couvercle sans quoi, je me serai retrouvé avec un puzzle bien difficile à maintenir en un seul tenant. Le coussin a été réalisé en 9 éléments indépendants qu'il est possible de déplacer à volonté dans le bac du fond pour permettre de travailler sur des dentelles dont les dimension dépassent largement la taille du carreau.

 
Détail des petits coussins.

     Les éléments du carreau sont constitués de plaques de polypropylène de 65 mm. d'épaisseur (comme l'isolant que l'on place dans les murs des nouvelles maisons d'habitation) est sont enveloppés individuellement dans un sac de toile de coton ajusté à leur taille. Cette réalisation a demandé une cinquantaine d'heures de travail pour un coût en matériel inférieur à 15 euros. Un carreau semblable vendu dans le commerce spécialisé aurait coûté environ une quarantaine d'euros ... sans les décors !

 
Pour les bricoleur : des infos techniques : Clin d'œil
Boîte :
 
- le fond :
-> contreplaqué (multiplex) de 4 mm d'épaisseur.
-> 50 cm * 50 cm et hauteur 6.5 cm mais peut varier en fonction de l'épaisseur du polystyrène que vous utilisez.
 
- le couvercle :
-> mêmes matière que le fond.
-> mes largeur et longueur que le fond.
-> la hauteur intérieure du couvercle fait ici aussi 6.5 cm mail elle peut varier en fonction de la dimension des fuseaux.
 
- L'assemblage des éléments :
L'assemblage des différents éléments du fond et du couvercle a été réalisé par tenons et mortaises, collé et maintenu par quelques clous sans tête.
 
On voit très bien, sur les photos, comme cela a été réalisé.
 
Les fixations :
 
- le système de fermeture côté poignée a été choisi pour sa stabilité de fixation. Les systèmes à bascule, genre malle militaire, devant être relativement petits sont, hélas, peu fiables dans le temps. L'avantage de ce type de fermeture est, une fois ouverte, que la languette de verrouillage basculante vient se placer contre la paroi où elle est maintenue fermement par son ressort, une fois qu'elle a été ouverte et donc ne vient pas gêner le travail et ne risque pas de venir accrocher les fils.
- Les charnières arrières permettent une fixation très solide du couvercle au fond. Ce sont deux charnières de laiton non dégondables de 20 mm de long, dont j'ai ouvert la partie centrale pour permettre la séparation du couvercle et du fond. J'ai choisi ce type de charnière, une fois encore, pour la stabilité de l'ensemble une fois qu'il est fermé.
Il suffit, pour éviter des accrochages intempestifs avec les fuseaux en cous de travail, de placer la partie de la charnière qui porte le tenon (l'axe) de la charnière (la partie qui n'a pas été ouverte pour le démontage) sur le fond de la boîte de manière à ce qu'il ne dépasse pas le bord supérieur de la boîte du fond.
 
Les renforts de coins :
- ce sont des renforts de coffre en laiton (ma Chérie aime bien le cuivre Innocent) d'environ 20mm qui protègent les coins lors des voyages.
 
Dans la boîte :
 
Pour assurer un bon maintien des carrés de mousse dans la boîte pendant le transport et le travail, et au lieu de les fabriquer "serrant" dans la boîte, j'ai opté pour un système simple :le long de 2 côtés de la boîte, je place une planchette de contreplaqué (le même que celui utilisé pour la confection de la boîte) de même hauteur intérieure que le fond de la boîte et d'environ la même longueur que l'intérieur de la boîte.
Pour "serrer" le tout dans la boîte, je pose les deux planchettes le long de 2 côtés adjacents de la boîte et je pousse deux coins en bois entre la planchette et le bord de la boîte. Ces coins seront coupés de manière à serrer un peu les carrés de mousse mais sans trop forcer sur les bords de la boîte.
Lors du déplacement des carrés dans la boîte, il suffit de retirer les coins, de positionner les carrés de mousse comme on veut puis de replacer les coins de serrage.
Ces coins de serrage aideront également à maintenir les carrés en place lors du transport.
 
Les carrés de mousse :
 
Le découpage peut se faire de multiples façons. Il suffit de regarder sur les sites de vente de matériel dentellier. C'est donc une affaire de goût personnel. Quelques carrés de mousse (9, par exemple) semblent un bon compromis permettant de déplacer le carré sur lequel on travaille facilement lorsque le travail s'approche trop près du bord inférieur.
 
Quelques astuces :
 
Pour le transport, j'ai parfois eu quelques petits problèmes de carrés de mousse qui bougeaient dans la boîte quand je n'utilise pas beaucoup de fuseaux ou quand il n'y a pas encore de pièce en cours sur ce carreau. Alors pour calmer les ardeurs baladeuses des carrés de mousse, j'ai découpé, dans des éponges à grosse bulles (pour plus de souplesse), des languettes de 6 cm d'épaisseur que je pose sur les carrés de mousse et sur les fuseaux. Ainsi, tout est très bien maintenu dans la boîte.
 
Voilà. J'espère que ces explications vous aideront à réaliser une telle boîte.
 
Pour les découpages, tant dans le bois que dans le métal, j'ai utilisé une simple scie à chantourner.
Pour le dessin de la dentellière, il a, lui aussi, été découpé dans le bois. La seule chose indispensable pour réaliser ce travail de précision est de dessiner les traits à découper de manière à ce qu'aucun éléments du dessin ne se détache du panneau. Aucun trait dessiné puis découpé ne sera fermé. Une forme fermée qui sera découpée se détachera obligatoirement du la plaque de contreplaqué !
 
Par mesure de sécurité, et après avoir tout découpé, j'ai collé une mince feuille rigide de contreplaqué (3 mm.) à l'intérieur du couvercle. Cela protège les découpes - laborieusement réalisées - d'éventuels légers coups de manutention.
 
Pour terminer, une ou deux couches d'un bon vernis de marine terminent la protection "intempéries" de l'ensemble.
 
Bon bricolage.

Écrit par Atelier MGD. dans 04 - Mes autres créations | Commentaires (8) | Tags : carreau, coussin, bricolage |  Facebook |