08/04/2011

Cindy et Gregory se marient.

dentelle, mariage, monogramme, MGD, G, C, Mémé, GuyMariage Cindy - Grégory - 25032011 - 294.jpgCindy et Gregory se marient.

C'est le grand jour !

En cette splendide journée de Mars 2011, notre nièce se marie.

Quelques mois plus tôt, mon épouse et moi-même développons l'idée de la création d'une dentelle dédiée à cette occasion merveilleuse.

Les deux tourtereaux nous avaient, heureusement, prévenus tôt assez de leur intention de mariage, ce qui nous a laissé suffisamment de temps pour créer puis tisser la dentelle projetée.

Comme c'est souvent - toujours - le cas, la création m'incombe, mais surtout en suivant scrupuleusement les directive de la maîtresse des fuseaux, mon épouse à qui le tissage de mon œuvre reviendra.

Dès l'approche du projet, un souci se présente à ma sagacité : les initiales C et G ont la fâcheuse propriété de se courber dans la même direction. L'entrelacement des deux lettres s'avère très compliqué, voire impossible. Je m'oriente donc vers une autre solution que je qualifierais d'artistique.

Comme nous avons le temps avant la cérémonie, je veux quitter les sentiers battus avec les habituel cœurs entrelacés ou non, les fleurs et autres monogrammes. Il faut trouver une idée originale, qui surprendra. Dix puis vingt projets finissent dans ma corbeille à papier quand soudain, au détour d'un croquis rapide, l'idée jaillit enfin. Nous tenons le projet dentellier. Il suffit maintenant de le développer et de le mener à son terme. De nombreux aller-retours entre mon bloc à dessin et mon ordinateur seront nécessaires avant de pouvoir proposer mes idées précises à mon épouse.

Le choix devient cornélien.

Une idée, cinq projets et au final une seule dentelle.

C'est cruel.

Le choix est enfin arrêté.

Le travail de tissage va pouvoir commencer.

Trois semaines ont été nécessaires pour réaliser le patron de tissage. Puis ce sont les mains délicates et habiles de mon épouse qui entrent dans la danse ... des fuseaux de bois. Six semaines seront nécessaires pour terminer le tissage. Et comme mon épouse est une véritable droguée de la dentelle, mais également à cause de la date d'échéance qui approche à grands pas, elle passe entre 10 et 12 heures par jour sur son carreau. Au final, elle passera près de 400 heures sur ce travail délicat.

Avec une dentelle de plus de 60 cm. de haut, la longueur des bras de mon épouse commence à poser des problèmes. Souvent, elle va devoir travailler debout pour pouvoir aller placer les épingles au bon endroit là-bas, tout au bout du carreau. De bien longues journées qu'elle passera courbée au-dessus de son carreau et c'est dans la douleur de ses vertèbres lombaires maltraitées qu'elle s'obstinera à tisser encore et encore pour, nous l'espérons, le plaisir et le bonheur de notre nièce et de son mari. Elle parviendra à terminer la dentelle à temps pour que je puisse y mettre la touche finale en l'encadrant sur un miroir.

La dentelle a une taille d'environ 65 cm. de haut et 25 cm de large à hauteur des visages. C'est dans un cadre d'aluminium de 80 cm. de haut et 50 cm. de large, sur un miroir, que nous avons placé cette pièce superbe qui a fait tout son effet lorsqu'elle a été dévoilée le jour de la cérémonie.

Elle a été réalisée en coton DMC 80 et en 4 couleurs.

Les jeunes mariés ont été anchantés tant par la dentelle que par le miroir qui manquait encore dans leur chambre.

Pour l'anecdote, vous remarquez que la lettre C forme la silhouette du visage de la jeune mariée - en rose sur la droite - tandis que le visage du jeune marié, lui, est ajouté dans la courbe supérieur du G.

Comme la lettre G dessine une boucle vers le bas, je n'ai pas hésité à la travailler pour qu'elle serve de guide aux décors de l'ensemble. Si vous suivez la ligne ondulante rose dessinée par la dentelle et qui s'accroche à la lettre G juste sous le menton du visage de la fille, vous verrez apparaître la silhouette d'une jeune femme qui, en forçant un peu son imagination, semble remonter le bras pour entourer, par l'arrière, la tête de son jeune mari.

Hazard ou imagination, recherche ou chance, peu importe. Ce qui compte au final, c'est l'armonie de l'ensemble et surtout que cela plaise à leurs destinataires. Et ce fut chose faite pour notre plus grand plaisir à tous.

Bravo et merci à ces jeunes gens d'apprécier le travail manuel de la dentelle aux fuseaux qui est notre quotidien. Longue et heureuse vie à nos jeunes tourtereaux.

Et qui sait ?

Peut-être que bientôt il faudra envisager une naissance ... J'y travaille déjà !

 

 

Écrit par Atelier MGD. dans 02 - Nos dentelles | Commentaires (0) |  Facebook |