18/01/2007

Mon Coq Wallon

Mon Coq Wallon_Sculpture_12012006 (5)
Mon Coq Wallon_Sculpture_12012006 (8)

Rap'Coq.

ou

Le Coq Wallon à la Façon du Chef.

     Etant Wallon d'origine, et fier de l'être, je voulais sculpter, avec une touche certaine d'humour, un coq wallon.

     La technique du papier mâché que j'avais déjà expérimentée avec succès sur la dentellière et le dentellier s'est révélée idéale pour moi. Mais réaliser un coq, comme tout le monde ne me plaisait pas trop, j'ai donc essayé, tout en conservant sa forme (comme sur notre drapeau régional), j'ai "un peu" poussé la déco vers le médiéval, le rap. J'ai voulu également mélanger les styles tout en évitant des agressions visuelles désastreuses en gardant aux plumes des ailes et de la queue un aspect plus naturel, sans aucune transformation.

Mon Coq Wallon_Sculpture_12012006 (12)
Les plumes de la queue.

 

 

    Cette réalisation m'a demandé près de trois semaines de travail à cause surtout des délais de séchage du papier mâché. Si le séchage est trop rapide, des fissures apparaissent. Etant donné sa taille, il a fallu construire une armature métallique sur laquelle j'ai fixé du treilli à poule galvanisé (pour éviter le développement de taches de rouille au travers du papier mâché) quim'a permis d'ébauche sa silhouette. L'armature terminée, une couche de peinture antirouille puis la construction peut commencer. Le placement du papier mâché se déroule en deux ou trois étapes, une permière pour remplir les mailles du treilli (sans remplir complètement la forme !). Une fois séchée, je m'attèle à une seconde couche de papier mâché pour affiner les formes. Cette couche séchée, je peux fignoler la mise en forme aux endroits qui le demandent. Les plumes des ailes sont en fait des morceaux de cartons à bière (sous-bocs) que j'ai collés sur l'armature et la base en papier mâché. Une fine couche de mouchoirs en papier m'a permis d'adoucir les arêtes des cartons tout en laissant transparaître les reliefs.

Mon Coq Wallon_Sculpture_08122005 (12)
Mon Coq Wallon_Sculpture_08122005 (14)
Et ici, c'est mon épouse 

     Il fait maintenant une bonne trentaine de centimètres de haut et pèse de 3,5 Kg (sec) à plus de 5 kilos (mouillé ==> d'où la nécessité de l'armature métallique !). Après une bonne période de séchage lent (environ 2 jours pour éviter les fissures), je peux me mettre à la peinture et aux décorations de mon "personnage". Pour ce faire, tous les coups seront permis : j'utilise des graines de tapioca pour le singlet, de la chapelure pour le logo sur le singlet, des lettres en vermicel pour les tatouages des bras, des pâtes et des perles pour les bijoux et la ceinture, de la ficelle de sissal pour les pattes et de la peinture acrylique.

Mon Coq Wallon_Sculpture_12012006 (4)
 
Mon Coq Wallon_Sculpture_12012006 (14)
Oh le joli poitrail !
 
Mon Coq Wallon_Sculpture_12012006 (18)
La papatte.

Mon Coq Wallon_Sculpture_12012006 (21)
 J'ai un coiffeur extra dans le vent !
 

     M'inspirant du costume de la comédienne qui joue dans la série américaine NSCI, j'ai placé un tatouage en forme de toile d'araignée dans le cou de mon coq en je l'ai afublé d'un collier imitation cuir avec des aspérités métalliques (le collier en une bande d'éponge alors que les aspérités sont des têtes de coton-tiges, vous savez, ceux que vous utilisez pour vous nettoyer les oreilles !).

     La touche finale : la crête du coq a été "retraillée" pour imiter les coiffures de certains rapeurs et je lui ai ajouté quelques piercings pour faire joli. Il ne lui manque plus que la parole ! ... mais cela est une autre histoire.

 

Écrit par Atelier MGD. dans 03 - Mes sculptures | Commentaires (0) | Tags : papier, mache, rap, sculpture, coq, wallon |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.